Impacts de la lumière artificielle de nuit sur la flore

     Les végétaux utilisent la lumière pour se nourrir et produire la photosynthèse. L’alternance entre les cycles de lumière et d’obscurité ainsi que les rythmes saisonniers régissent leur cycle de vie.  La lumière artificielle de nuit (LAN) masque les cycles de lumière naturelle et perturbe la végétation en affectant leur bon développement. Dans de nombreux cas, cette LAN est suffisamment intense pour induire une réponse physiologique chez les plantes

     En présence de la LAN, les rythmes biologiques des végétaux sont susceptibles d’être désynchronisés par la perception non-naturelle du cycle jour/nuit; la durée du jour est ainsi augmentée de façon artificielle. Cette perturbation peut promouvoir la croissance continue des végétaux, en inhibant la dormance qui leur permet de survivre aux rigueurs de l’hiver. Elle peut favoriser l’expansion foliaire, les exposant davantage aux polluants atmosphériques et au stress hydrique. En milieu urbain, il n’est pas rare d’observer un retard de la chute des feuilles pour les arbres situés à proximité des lampadaires. À New-York, Matzke a reporté que la chute des feuilles des arbres peut être retardée de plus d’un mois. La recherche doit continuer pour déterminer l’impact réel de la lumière artificielle de nuit sur les végétaux. Certains chercheurs lancent un cri d’alarme à cet effet. Pour eux, la disparition locale des insectes nocturnes pollinisateurs sous l’effet de la LAN serait à prendre beaucoup plus au sérieux. Pour en savoir plus [ 1 ]  [ 2 ] [ 3 ].

Effect_of_light_pollution_on_urban_trees
impacts.png
©️ Johanne Roby